Festiva ganoua

Le Forum

FORUM
FEMMES D‘AFRIQUE
créer, entreprendre

On s’aperçoit enfin qu’en Afrique, comme ailleurs dans le monde, les femmes figurent parmi les principaux acteurs de l’économie. Mais pas seulement. Elles sont également présentes en nombre dans tous les domaines de la création, de la littérature aux arts plastiques et à la mode. Elles sont partout, au point qu’on s’en étonne. La chose, pourtant, n’est pas nouvelle. Ce qui est nouveau c’est qu’on ne peut plus les ignorer. Elles sont devenues visibles et n’ont plus l’intention de retourner à l’anonymat dans lequel elles ont été si longtemps confinées.

Les femmes assurent traditionnellement sur le continent les deux tiers de la production agroalimentaire.
Depuis les années 1980, qui vit l’Afrique entrer dans la décennie de « l’ajustement structurel », synonyme de douloureuses cures d’austérité, elles ont été présentes sur tous les fronts -de l’agriculture au commerce ou à la prise en charge de la vie communautaireinventant partout des stratégies afin de supporter la dureté des temps, fabriquant du lien social là où les familles se délitaient du fait de la crise. Elles ont fourni des efforts colossaux et probablement permis d’éviter bien des explosions sociales. Les gouvernements, comme les organisations internationales et les bailleurs de fonds, ont dû convenir qu’elles jouent un rôle majeur dans la grande mutation socio-économique que connaissent les pays en développement.

De cultivatrices ou commerçantes, elles sont devenues chefs d’entreprise.
Du Cameroun au Maroc, de la Tunisie à l’Afrique du Sud, elles investissent dans l’industrie, le tourisme, les transports, quand les lois encore trop souvent discriminatoires - leur en laissent la possibilité. Dans plusieurs pays, elles sont à la tête des patronats locaux, qui demeurent pourtant des citadelles masculines. Avec leur énergie et leurs capacités d’innovation, elles tentent partout de briser les plafonds de verre qui bloquent leur désir d’ascension dans les hiérarchies économiques et professionnelles.

Et elles ne sont pas seules à profiter de leur évolution. Toutes les études effectuées depuis trois décennies démontrent qu‘une fois scolarisées, les femmes montrent des capacités plus élevées que les hommes à intégrer les innovations. En outre, toute augmentation de leurs revenus propres a un impact direct sur l‘existence collective de la famille ou du groupe, dans la mesure où elles investissent l‘essentiel de leurs gains dans des dépenses contribuant directement au mieux-être familial, ou dans une intensification de leurs activités dont le revenu final est également consacré à des dépenses collectives à forte rentabilité sociale.

Depuis toujours, les femmes africaines étaient artisanes et dépositaires des savoir-faire ancestraux.
Presque partout, les progrès de l‘éducation leur ont ouvert de nouveaux horizons. A la suite des rares pionnières des années 1960, les littératures africaines se conjuguent aujourd‘hui au féminin et elles récoltent de par le monde les prix littéraires les plus prestigieux. Elles excellent dans la mode où l‘Afrique est désormais internationalement reconnue comme une des régions du monde les plus créatives et exposent leurs modèles dans les plus grandes capitales.

Mais si le mouvement semble irréversible, elles ont encore bien des obstacles à franchir pour être reconnues comme des actrices à part entière de la vie économique, politique, culturelle et artistique du continent. Du nord au sud en effet, les lois demeurent inégalitaires et les coutumes continuent à les confiner dans une position d‘infériorité. En attendant que la sphère politique leur ouvre réellement ses portes, elles investissent la société civile, créent des associations qui leur permettent de participer à la vie publique et de faire avancer leur revendication d‘égalité.

C‘est sur cette véritable révolution que les débats de ce forum vont se pencher. Car nul ne peut en douter :
les femmes africaines d‘aujourd‘hui ne sont pas en train de changer leur seule condition. C‘est le continent qu‘elles transforment en faisant éclater une division des rôles qui semblait éternelle.

 

En partenariat avec le Conseil National des Droits de l‘Homme

partenaires

espace presse

news

SUIVEZ LE FESTIVAL !

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Pinterest
  • Instagram
  • Vimeo

producteur et organisateur
du festival

  • A3 COMMUNICATION
    4, Av Hassan Souktani, Imm. B Quartier Gauthier - Casablanca - Maroc Téléphone +(212) 5 22 27 26 03/04
    Fax +(212) 5 22 22 52 87

Sponsor Officiel

Maroc Télécom

EN PARTENARIAT AVEC

  • YERMA GNAOUA
  • ESSAOUIRA MOGADOR
  • Province d'essaouira
  • conseil essaouira
  • ministère culture
  • région marrakech
  • ONMT

SPONSORS

PARTENAIRES

  • CNDH
  • CDG DEVELOPPEMENT
  • ONE
  • Groupe Jamai
  • RICHBOND
  • MGallery
  • hotel atlas
  • heure bleu
  • Sofitel
  • WBC
  • Atlanta
  • Valyans
  • Direct Print
  • AFRIQUIA
  • NEWMERIQUE

PARTENAIRES MEDIA OFFICIEL

  • ALOULA
  • 2M
  • TV5
  • FR24
  • RFI
  • MCD
  • MED1TV

PARTENAIRES MEDIA

  • Jeune afrique
  • Aswat
  • Radio plus
  • Hit radio
  • Chaine inter
  • atlantic radio
  • medi1 radio
  • Infomediaire
  • Zamane
  • Telquel
  • Le matin
  • Beur FM
  • Made in Essaouira
  • Map
  • Ahdate
  • Euronews
  • La nouvelle tribune
  • Montecarlo
  • L'economiste
  • Africa 24
  • Al Oula
  • 2M
  • Medi1TV
  • TV5 Monde
  • Sabah
  • Panorapost
  • Inrock
  • Aujourd'hui le Maroc
  • la Vie Eco
  • Les Afriques