Festiva ganoua
  • Le Forum

FORUM

DIASPORAS AFRICAINES : RACINES, MOBILITÉS, ANCRAGES

Les 13 et 14 mai 2016, de 9h30 à 13h30

Hôtel Atlas Essaouira & Spa « salle la caravelle »

Organisé en partenariat avec le conseil national des droits de l’homme au maroc (CNDH)

 

A l’occasion de la 19ème édition, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira et le Conseil national des droits de l’Homme du Royaume du Maroc (CNDH), organisent, pour la cinquième année consécutive, le forum des droits de l’Homme les matinées des 13 et 14 mai 2016 .

 Depuis 2012, aux côtés de la musique et des arts, le forum du Festival est venu renforcer cet espace avec un lieu de débat entre des intervenants nationaux et internationaux, sur des problématiques actuelles de nos sociétés.

 Après deux premières éditions, en 2012 et 2013, consacrées successivement à la jeunesse et à la culture, l’Afrique est depuis trois ans la thématique centrale du forum avec un forum consacré à l’histoire (2014) et un second consacré aux femmes (2015). Cette 5ème édition du forum du Festival sera consacrée aux mobilités africaines sur le thème : « Diasporas africaines : racines, mobilités, ancrages ».

Cet espace de dialogue et d’interaction sera l’occasion de se pencher sur les apports diasporiques à l’Afrique, et de réfléchir aux nouvelles mutations qui en résultent. Dans la suite de ces journées d’échanges informés et pluriels, les organisateurs abordent cette année une question à la fois enracinée dans l’histoire africaine et d’une brûlante actualité : les mobilités africaines et leurs multiples conséquences.

Continent à forte et ancienne tradition migratoire, l’Afrique fait face à de nouvelles dynamiques de mobilité et à des reconfigurations profondes de ses anciennes formes migratoires. Au moment où les migrations Sud-Nord perdurent, de nouvelles formes de mobilité émergent. Caractérisées par une transnationalisation et des déplacements circulaires, elles permettent l’émergence d’un « cosmopolitisme » fondé sur la fluidité, et une reconnaissance de l’altérité, sans pour autant être exemptes de tensions, avec des formes de rejet que subissent parfois les populations immigrées.

La pérennité de l’implantation de communautés nationales hors du territoire africain, une émigration persistante et continue dans et hors de l’Afrique, la naissance de nouvelles générations bi-nationalisées, la diversification des espaces d’installation, l’autonomisation des communautés diasporiques et le renouvellement de la nature des liens familiaux, sociaux et économiques avec l’Afrique illustrent les contours de ce nouveau modèle à l’oeuvre. Des migrants s’installent ainsi dans un premier pays, puis le quittent pour se rendre dans un autre. Certains choisissent de retourner, de manière temporaire ou définitive, dans leur pays d’origine. D’autres circulent entre deux lieux, passant de plus ou moins longues périodes dans l’un et l’autre, sans s’établir pour autant ni dans l’un, ni dans l’autre. Il y a enfin ceux qui optent pour la mobilité comme mode de vie, en circulation quasi constante, reliant différents lieux et traversant les frontières nationales de manière très régulière.

Les diversités diasporiques africaines, notamment leur composante de compétences mondialement reconnues dans différentes domaines : scientifique, culturel, artistique, etc. seraient un atout pour le développement africain. Le forum d’Essaouira sera l’occasion de penser les apports diasporiques à l’Afrique et de réfléchir à ces nouvelles réalités de mises en mouvement de la diaspora.

 

Il sera ainsi développé en quatre principaux axes de travail, répartis sur deux matinées :

1ère MATINÉE DU 13 MAI 2016 :

Séance 1. Le cosmopolitisme africain

- Mobilités :

Une analyse pluridisciplinaire des nouvelles formes de circulation des Africains du monde, avec un focus sur les modalités complexes des constructions plurielles d’identités qui en découle.

Séance 2. Diasporas et marchés de savoirs globaux

- Savoirs :

Les flux de compétences restent positifs dans les pays industrialisés, ils sont par contre négatifs pour tous les pays du sud et l’Afrique est particulièrement exposée à cette carence. L’apport des compétences africaines du monde est indéniable, mais qu’en est-il réellement ?

2ème MATINÉE DU 14 MAI 2016 :

Séance 3. Femmes africaines : apports, changements

- Genre :

L’apport du leadership féminin en diaspora, quant aux évolutions des contextes africains d’origine. Cet axe sera l’occasion d’analyser et de mettre à jour les récentes avancées des systèmes juridiques africains en matière d’égalité homme/femme.

Séance 4. Circulations artistiques et culturelles

- Culture :

Cet axe s’intéressera particulièrement à la question culturelle et artistique en mettant en évidence les offres de compétences et de rayonnements des univers culturels africains par l’apport des diasporas, ainsi que leur rayonnement sur les cultures et l’image de l’Afrique dans les pays d’accueil.

Téléchargez l'interview de Monsieur Driss El Yazami :

http://festival-gnaoua.net/site_media/uploaded_files/INTERVIEW_DRISS_EL_YAZAMI_.pdf

  • Nos Sponsors & Partenaires

SPONSOR OFFICIEL

  • Producteur et organisateur du Festival
  • Association Yerma Gnaoua